Contre-courant: une décision rare !

eric-belile

Imaginez : vous êtes la/le propriétaire de votre entreprise. Elle vaut entre 10 et 12 millions d’euros si vous la vendez à la concurrence. Mais si vous le faites, le repreneur licenciera des collègues qui comptent pour vous et qui ont construit cette entreprise avec vous. Que feriez-vous ?

Je cite Clémentine Maligorne [1] :

À l’approche de la retraite, Eric Belile, chef d’entreprise de 56 ans, aurait pu choisir de vendre son entreprise «deux à trois fois plus cher» à un concurrent ou à un fonds de pension. Mais le patron de La Générale de bureautique, entreprise de bureautique installée à Nantes et créée il y a 26 ans, a choisi de céder sa société à cinq de ses salariés. Une décision plutôt rare motivée par les «valeurs humaines de l’entreprise» qui lui sont chères. «Je leur dois bien ça, raconte-t-il au quotidien Ouest-France. Pour moi, il est naturel que l’entreprise reste au personnel: on a bâti le projet ensemble. Ce n’est pas une démarche altruiste, c’est un juste retour des choses.» «Vendre à un autre groupe, ça signifiait licencier. C’était pour moi inenvisageable», souligne-t-il.

Ce chef d’entreprise, comme d’autres, a fait jouer son intuition : l’économie globale de son entreprise va au-delà de son bilan comptable.

Cette intuition, nous sommes nombreux à l’avoir.

Reste un obstacle majeur : notre culture, notre formation, l’habitude. Nous jaugeons nos entreprises à l’aune du bilan comptable comme seul critère objectif. Ce qui nous conduit à une vraie schizophrénie : les comptables et managers sont aussi des humains !

Dans le cadre du Management Natwani, nous essayons justement d’objectiver les valeurs humaines, sociétales… en regard de la valeur comptable. Nous sommes en train de tester un outil. Nous vous ferons part des résultats préliminaires.

 

Si c’était vous, auriez-vous pris l’argent ? Auriez vous été tiraillé(e) entre des sentiments opposés ? Ou auriez vous tenu compte objectivement de l’ensemble de la richesse financière et humaine de l’entreprise pour faire votre choix (quel qu’il soit d’ailleurs) ?

 

 

[1] Le Figaro – Publié le 06/01/2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :