Comment s’orienter bien dans un monde chamboulé

white smoke on brown rock

Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va” disait Sénèque, le philosophe et homme d’Etat romain du 1er siècle. A l’époque, le grand vent de l’empire commence à instaurer la pax romana, la “paix romaine”, fondée sur l’ordre imposé par Rome aux territoires conquis.

De nos jours, la dynamique s’est inversée. Il n’y a plus un grand vent face auquel se déterminer, mais des milliers dans toutes les fractions de l’horizon. Tout le monde a un avis sur tout, que l’on soit compétent ou pas. Les mots servent à dire tout et son contraire. Les systèmes de valeur des différentes sociétés du monde sont ébranlés dans leurs fondations. Ce n’est plus un vent, c’est une tornade !

Pourtant le problème reste le même. Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. Là où il était confortable de suivre le courant “mainstream“, il revient à chacun, et en particulier à chaque manager, de définir comment il/elle veut avancer.

Nous ne sommes pas tous des pionniers capable de défricher avec succès leur propre voie. Nous ne sommes pas tous non plus des historiens avertis capables de retirer toutes les leçons de l’Histoire. Quant à la pleine conscience qui nous permet de vivre l’instant avec lucidité, son acquisition est longue et peut ne pas être suffisamment maîtrisée pour permettre une prise de décision sereine en tout temps.

Voici quelques principes qui ont guidé toutes les civilisations dans la construction de leurs valeurs. Quelles que soient les valeurs choisies par les peuples, ces valeurs ont été construites avec la volonté de fonder un équilibre solide au milieu d’un environnement incertain.

Le premier principe est d’économiser son énergie propre. Les pratiques de gaspillage sont couramment mises au ban des sociétés : gaspillage de la parole, gaspillage de l’eau, gaspillage de son honneur. Dans un monde fortement énergivore, notre orientation première doit être la préservation de notre capital.

De ce point de vue, le manager préserve d’abord sa santé. Il/ elle veille à n’être ni en sous-régime ni en sur-régime. Les deux postures consomment plus d’énergie que nécessaire. Il/elle veille à se nourrir de manière régulière, équilibrée et à chouchouter son sommeil. Il/elle préserve aussi son mental, la valeur de sa parole donnée et son honneur.

Les progrès de la médecine, l’existence des psychologues, ne nous autorisent pas à prendre à la légère le patrimoine personnel si précieux que sont notre corps et notre esprit. Au final, c’est tout ce que nous possédons vraiment.

Le deuxième principe est d’économiser l’énergie des autres. Le “tu ne tueras point”, que l’on retrouve dans les 3 traditions monothéistes, est probablement l’exemple le plus emblématique de ce principe. Nuire aux autres, quelle qu’en soit la forme, est contraire à la cohésion de la société. Au contraire, chercher à préserver l’énergie des collègues en s’assurant qu’ils comprennent le sens et l’objectif des consignes, qu’ils peuvent les mettre en œuvre sans être ni en sur-régime ni en sous-régime et qu’ils savent comment le faire, cela contribue à souder une équipe.

Le dernier principe est de mobiliser les énergies, les nôtres et celles de nos collègues. Sénèque disait “savoir où l’on va”. Est-il vraiment facile de savoir où l’on va dans ce monde si volatile ? A la citation de Sénèque j’ajouterai donc celle de Stevenson : “l’important, ce n’est pas la destination mais le voyage”. A défaut de bien savoir où l’on va, développons notre potentiel et celui de nos proches, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle. Le comment nous voyageons définit ce que nous devenons.

Ces 3 principes sont ceux du management natwani. Ils ont été inspirés par la culture des indiens hopis, culture qui a su traverser les siècles depuis 3000 ans. Cela nous donne de bonnes raisons d’avoir de l’espoir au quotidien !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :