La nouvelle stratégie de Jeff Bezos : l’ici et le maintenant

Jeff Bezos est le fondateur et PDG d’Amazon, de Blue Origin (conquête spatiale) et propriétaire du Washington Post. Le 15 juin dernier, il a publié le tweet ci-dessous dans lequel il souhaite investir sa fortune de manière philanthropique :

Fichier_000

 

Il indique : « je réfléchis à une stratégie philanthropique qui soit à l’opposé de ma manière d’utiliser mon temps actuellement : travailler sur le long terme. […] Je veux davantage […] aider les gens investis dans l’ici et le maintenant – le court terme – à l’intersection entre les besoins urgents et l’impact sur le long terme. »

Sans être dupe de l’intérêt en termes de communication et de fiscalité d’une telle annonce, l’approche de Jeff Bezos nous dit deux choses :

 

  • Dans un monde changeant vite, les stratégies à long terme peuvent être moins pertinentes que le « management agile » centré sur l’ici et le maintenant.

L’attitude mentale de l’ici et du maintenant, appelée aussi « pleine conscience », permet de saisir dans l’instant présent les signaux faibles et forts qui définissent les tendances qui construisent les futurs. Plus la conscience s’ancre dans le présent et étend sa perception, plus grand est le nombre de signaux qui vous sont perceptibles. Les grands intuitifs et visionnaires sont souvent de grands sensibles en fait.

Dans ce cadre, le management agile consiste à être bien outillé puis à… surfer sur la bonne vague en fonction de nos objectifs, voire à aller chercher la vague.

 

  • La vision à long terme implique de s’intéresser à l’empowerment[1] de la société dans son ensemble.

 

Le célèbre chef Lakota, Tatanka Yotanka (Sitting Bull), disait :

« Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. »
D’un point de vue global, il n’est pas économiquement tenable de dire que certaines entreprises sont chargées de faire de l’argent qui peut être en partie reversé pour que d’autres s’occupent des besoins de la société. C’est l’ensemble des entreprises, associations, initiatives, qui doit inclure dans sa politique de conjuguer performance économique avec « empowerment » et protection de son environnement économique, sociétal/humain  et naturel.

 

[1] Terme utilisé par l’association soutenue par J. Bezos : « Mary’s Place », et signifiant « renforcement, outillage pour un développement autonome ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :